Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

/ / /
Pourquoi vouloir créer un jeu par soi-même ?

Sans doute parce qu'à force de jouer, on a envie de créer...
Mais voilà, jouer à un jeu vidéo est une chose, mais en concevoir un soi-même en est une autre.
Si, pour jouer, il faut souvent les bons outils (console ou émulateur, clavier à configurer, joystick), pour concevoir, il faut en plus un peu d'habileté en programmation.
Mais si on n'est vraiment pas doué en programmation, peut-on faire un bon jeu quand même ?

La réponse est... ça dépend.
De plusieurs choses, dont le choix du logiciel à utiliser pour concevoir son jeu.
Donc je vais essayer de me lancer et de parler des nombreux et différents choix qui s'offrent à vous (enfin, "qui s'offrent", ça dépend, car quelques-uns sont quand même payants  ) en ce qui concerne le choix du logiciel. Par contre, il s'agit juste de présenter les logiciels, et non pas d'encourager à utiliser un logiciel ou un autre... donc restons le plus objectif possible. 



Partir de zéro

Autrement dit, il n'y a pas vraiment de logiciel spécifique, donc on doit faire son jeu par soi-même. En partant d'un logiciel qui permet de faire du code quand même, que ce soit un IDE (Dev-C++, Code::Blocks...) ou un éditeur de texte.
L'avantage, c'est qu'on a assez de libertés et qu'on n'a pas à subir les limites d'un logiciel qu'on pourrait potentiellement utiliser.
Mais il faut quand même savoir programmer (eh oui, créer un jeu ne se fait pas en claquant des doigts, bien évidemment...). Autrement dit, si on n'y connaît rien en programmation, on risque d'être assez paumé.
En ce qui concerne le code à utiliser, le choix est plutôt vaste (donc ne comptez pas sur moi pour faire une liste complète ou pour dire lequel serait le plus adapté, surtout que cette question n'admet à mon avis aucune réponse précise). Et après, il reste encore les librairies à choisir, certaines étant plus appropriées pour les jeux, voire les jeux 3D.

Je ne vais pas m'étendre là-dessus car après, on parlerait plutôt de programmation, ce qui n'est pas le but de cette page... pour apprendre à programmer, il faut surtout un bon didacticiel pour bien démarrer, et ce n'est pas le plus difficile à trouver de nos jours, surtout sur Internet. En revanche, ne vous attendez évidemment pas à sortir un FPS dernier cri en 3D juste une semaine après le début de votre apprentissage, ce n'est pas réaliste  (enfin sauf si vous apprenez très vite et que vous passez toutes vos journées sur l'ordinateur bien sûr ).


Bon, donc on peut conclure de cette partie sur la programmation que si elle était assez rapide, ce n'est pas le cas de l'apprentissage d'un langage comme le C++ et compagnie... mais ça en vaut la peine, car vous serez plus autonomes et aptes à concevoir vos jeux.
Mais si vous avez tendance à baisser les bras trop facilement, si vous ne vous sentez pas d'attaque à apprendre à programmer ou si vous ne voulez pas vous prendre trop la tête, il existe des logiciels dédiés à la création de jeux, qu'on va voir tout de suite.


Utiliser un logiciel qui permet de concevoir ses propres jeux vidéos

C'est sans doute une des meilleures solutions pour créer un jeu si on n'a pas les capacités ou l'envie d'apprendre à programmer.
Et pour cause : les logiciels de création de jeux, comme leur nom l'indique, sont spécialement conçus pour créer des jeux (mais si vous voulez programmer une calculatrice avec, rien ne vous en empêche, il me semble même que ça existe déjà...  ).
Donc l'avantage de cette méthode, c'est que créer son jeu devient quand même bien plus facile. Mais vous vous doutez bien qu'évidemment, il y a quand même des inconvénients... en particulier, les logiciels ne pouvant pas toujours faire exactement ce que vous voulez, il est possible que vous vous heurtiez à leurs limites, qui varient selon les logiciels.
Fort heureusement, comme il en existe plusieurs, ça devrait vous aider...

Bon, d'accord, mais c'est quoi, les logiciels, précisément ?

J'allais y venir... mais sachez, d'une part, que la liste n'est pas exhaustive ; et d'autre part, que je ne connais certains logiciels que de nom, donc je ne suis certainement pas le mieux placé pour en parler.
Voici donc d'abord une liste de logiciels de création de jeux (classés par ordre alphabétique) ; je donnerai des détails après quant à cette méthode de création.

- 3D Game Studio
- Action Game Maker
- Adventure Game Studio
- FPS Creator
- Game Develop
- Game Maker
- Multimedia Fusion 2
- RPG Maker
- The Games Factory
...

Comme vous voyez, il y a du choix... alors comment choisir ?
Certes, certains critères comme les langues disponibles (certains ne sont qu'en anglais, d'autres qu'en français (si, si !) et d'autres encore en plusieurs langues) ou la licence des logiciels (pas mal sont des sharewares, payants avec une version de démonstration gratuite et limitée dans le temps) pourraient pousser certaines personnes à éliminer d'office certains logiciels.
Cela dit, si on ne se basait que sur ces critères, on désignerait d'office un seul logiciel et on se demanderait pourquoi il y en a plusieurs si un seul en valait vraiment la peine... donc, évidemment, chaque logiciel a son intérêt, et ses spécificités.


Certains logiciels sont à la base conçus pour programmer un certain type de jeu, comme Adventure Game Studio, originellement conçu pour réaliser des jeux de type Point'n'Click (style LucasArt) ; Action Game Maker, approprié pour les jeux de type plateforme ou A-RPG ; ou encore RPG Maker, qui, comme son nom l'indique, sert surtout à réaliser des RPG.
D'autres, comme Game Maker, Game Develop, The Games Factory ou Multimedia Fusion 2, servent à programmer un jeu d'une manière plus générique. Autrement dit, ils permettent théoriquement de concevoir n'importe quel type de jeu.

Mais si certains logiciels permettent de créer tout et n'importe quoi, pourquoi choisir un logiciel plus limité ?

Idée reçue : les logiciels génériques sont meilleurs que ceux qui ne le sont pas. Et, bien sûr, c'est faux et archi-faux. 
L'intérêt d'un logiciel qui permet de créer un type de jeu en particulier, c'est que si le type de jeu est celui que vous voulez, ce sera sans doute bien plus simple d'utiliser ce logiciel pour faire ce que vous voulez. Bien sûr, ce serait possible avec un logiciel générique, mais ça pourrait prendre un peu plus de temps...
Par contre, figurez-vous que l'inverse est aussi possible : pour créer un jeu plus générique, il est possible d'utiliser un logiciel conçu pour un certain type de jeu... qu'il soit éloigné ou non du jeu qu'on veut réaliser. Là, par contre, c'est vrai que le logiciel générique semble plus approprié...

Au final, ce qui différencie les logiciels, c'est plutôt la façon de concevoir un jeu. Certains permettent de concevoir un jeu d'une façon similaire, d'autres sont plutôt opposés... et les logiciels conçus pour un certain type de jeu s'avèrent finalement moins limités que ce qu'on pensait. Là encore c'est la manière de concevoir le jeu qui diffère principalement, et certaines manières sont parfois plus appropriées pour certains jeux...

Et sachez aussi que tout à l'heure, on parlait de programmation : en fait, on ne l'a pas complètement oubliée dans cette partie dédiée aux logiciels de création directe, car elle vient parfois (voire souvent) aider les logiciels. Ainsi, certains logiciels intègrent un langage de programmation pour écrire des scripts, comme Game Maker qui inclut le GML (Game Maker Language) ou RPG Maker XP/VX où le Ruby peut venir en aide.
Sachez, par contre, que rien n'oblige à utiliser la programmation, mais que parfois, c'est un moyen de faire certaines choses qui seraient plus délicates seulement avec le logiciel.


Ah, au fait, figurez-vous que dans les logiciels, j'en ai une flopée en tête que j'ai oublié de mentionner tout à l'heure... vous ne m'en voulez pas trop, j'espère ? 
Ça tombe bien, car ceux-là font justement l'objet de la troisième partie que je vais annoncer sans tarder :


Utiliser un logiciel qui permet de modifier un jeu déjà existant

Oui, encore des logiciels, je sais.  Mais que peuvent bien avoir ceux-là de particulier pour qu'on y consacre toute une partie ?
Eh bien, la différence, c'est qu'on fait carrément l'inverse de ce qu'on veut faire : on prend un jeu qui existe déjà et qui est même terminé, et on le tripote avec un logiciel pour le modifier ; ainsi, on peut créer d'autres niveaux, augmenter la difficulté...

Le gros avantage de cette méthode, c'est que souvent, on n'a plus qu'à s'occuper du level design du jeu, vu que le gameplay, les musiques, les graphismes... sont déjà là.
Mais l'inconvénient, c'est que pour rajouter des éléments (graphismes, musiques, gameplay...), c'est parfois, voire souvent plus compliqué selon le logiciel. Mais parfois non, je vous rassure... on va voir ça au cas par cas.


Parfois, les jeux déjà existants sont sortis il y a déjà un moment, si bien qu'on les trouve facilement sous forme de roms jouables via un émulateur. On peut alors modifier ces roms : c'est le romhacking.

Romhacking ?

Ne vous laissez pas impressionner par le nom, ce n'est pas si terrifiant que ça en a l'air car on modifie une rom d'un jeu. Donc pour modifier le jeu, il faut le logiciel adéquat, et pour y jouer, il faut un émulateur de la console sous laquelle est sorti le jeu (Super Nes pour Super Mario World, Nintendo 64 pour Super Mario 64, Nes pour Super Mario Bros 1... non, je vous rassure, il est possible de modifier autre chose que des Mario ). Plus, la plupart du temps, la rom du jeu d'origine, le patch du jeu et un logiciel (par exemple Lunar IPS) pour l'appliquer.
Pour la rom, généralement il faut une version US (ou parfois japonaise) ; pour le logiciel, selon le jeu que vous voulez modifier :

- Lunar Magic permet de modifier Super Mario World (Snes)
- Hyrule Magic permet de modifier Zelda : A link to the Past (Snes)
NB : comme ce sont les deux seuls que je connais vraiment, j'y ai consacré quelques pages sur le blog... pas vraiment des tutos, mais des introductions aux logiciels. Pour les autres, les liens mènent vers d'autres sites.
- EggVine ... Yoshi's Island (Snes)
- Track Designer ... Super Mario Kart (Snes)
- Lazy Shell ... Super Mario RPG (Snes)
- YY-ME ... Super Mario Bros. 1 (Nes)
- Advance Map ... Pokémon Rubis, Saphir, Emeraude (GBA)
- Toad's Tool 64 ... Super Mario 64 (vu le nom, vous devriez trouver la console )

Le logiciel Advance Map.

Comme d'habitude, cette liste n'est pas exhaustive.
Vous pouvez néanmoins trouver des informations sur des logiciels de ce genre sur des sites dédiés à l'émulation, comme celui-ci, où vous avez un choix large d'éditeurs de différents jeux (in English, probablement comme la quasi-totalité des logiciels, mais si vous trouvez des éditeurs en français voire même si vous en créez en français... ça changera ^^). Bon, ce n'est néanmoins pas à prendre comme une référence absolue vu qu'il doit y avoir encore d'autres logiciels non mentionnés (d'ailleurs, j'ai remarqué qu'Hyrule Magic n'y était pas répertorié, par exemple...), ainsi que des logiciels en cours de développement.

Un grand avantage du romhacking est donc qu'on peut faire des jeux vraiment dans la même veine que ceux qu'on modifie, et c'est bien pour ça que c'est alléchant...
Mais un inconvénient est que changer les graphismes/musiques est souvent bien plus compliqué, et pas toujours possible. D'ailleurs, les logiciels à eux seuls permettent assez rarement de changer autre chose que le level design ; parfois, il faut alors passer par un logiciel annexe.
Un autre inconvénient est que le romhacking est parfois une méthode un peu obscure, car on peut se heurter à certains bugs parfois inexplicables. Faut dire aussi qu'à l'origine, quand les jeux ont été créés, on ne pensait probablement pas qu'on irait les éditer par la suite.  Mais on peut quand même passer outre les bugs, rassurez-vous.

hm_ext.jpgLe logiciel Hyrule Magic.

Les jeux qu'on peut modifier ne sont cependant pas tous sous forme de roms : voyons donc certains cas particuliers pour conclure cette partie.


D'autres éditeurs en vrac...

Il existe des éditeurs de niveaux pour certains jeux qui ne sont pas sous forme de roms ; mais pour trouver une liste exhaustive de ces jeux, bon courage ! On peut toujours faire une recherche google du genre "éditeur jeu qui nous intéresse" pour voir si un éditeur de ce jeu existe, on ne sait jamais...
Voilà néanmoins quelques éditeurs que je connais, donc si vous êtes intéressés par l'un des jeux mentionnés...

-  Zelda Classic : Il s'agit d'une réédition du jeu The legend of Zelda, sur PC, par Armaggedon Games. Ce n'est pas réellement le Zelda d'origine, mais il a été recréé à l'identique.
Si je vous parle de Zelda Classic, c'est parce qu'il est possible d'utiliser son moteur, ZQuest, pour créer ses propres quêtes pour Zelda 1.
Et là, on sent tout de suite les avantages de Zelda Classic par rapport au romhacking : il est ainsi beaucoup plus facile d'ajouter des graphismes, de la musique et d'autres éléments de gameplay. La principale limite reste l'interface de la Nes.

Chip's Challenge Editor : Cet éditeur de niveaux permet de modifier le jeu Super Mario Bros
Chip's Challenge.
Très simple d'utilisation et très approprié pour concevoir ses propres niveaux pour Chip's Challenge, mais sans vraiment plus...

- Rayman Designer : Pour une fois, l'éditeur est directement inclus dans le jeu. En effet, le jeu pour PC Rayman Gold était composé du jeu original Rayman et des nouvelles aventures, incluant un éditeur de niveaux. Une version Rayman Forever était d'ailleurs sortie, incluant des niveaux faits par les fans.
Malheureusement, les versions plus récentes de Windows n'utilisant plus MS-DOS, il faut utiliser des émulateurs MS-DOS pour résoudre ce problème. Je n'ai jamais vraiment essayé, mais si vous êtes intéressés...

- etc, etc... mais comme j'ai seulement parlé de ce que je connais, je vais m'arrêter là et passer à la conclusion.


Conclusion

Donc pour choisir comment faire son jeu, il faut vérifier plusieurs choses en particulier :

- Le type de jeu que vous voulez faire, et son gameplay.
Si vous êtes nostalgique d'un jeu et que vous voudriez reprendre son univers (avec des modifications pas trop importantes), vous pouvez opter pour la troisième solution (modifier un jeu déjà existant). Par exemple, il serait très tentant d'utiliser Lunar Magic pour faire un Super Mario World-like.
Si vous voulez vous éloigner de l'univers d'un jeu déjà existant, il faudra plutôt utiliser la première ou la deuxième solution.
Et si les logiciels de création de jeux ne vous conviennent pas pour ce que vous voudriez faire, eh bien... vous aurez peut-être recours à la première solution.

- Vos capacités à développer un jeu.
Comme vous n'aurez peut-être pas envie d'apprendre un langage de programmation pour faire le jeu de vos rêves, vous aurez alors tendance à vous rabattre sur un logiciel de création de jeux...
Mais sachez toutefois que, quelle que soit la solution utilisée, faire un jeu ne prend pas cinq minutes. Certes, comprendre le fonctionnement d'un logiciel peut être plus rapide que l'apprentissage d'un langage de programmation, mais il faudra toujours un certain temps pour créer son propre jeu.
Ainsi, avant de vous lancer dans le jeu de vos rêves, testez d'abord vos capacités et entraînez-vous en réalisant des mini-jeux et des petits projets. Après tout, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, non ?

- Votre patience.
Désolé, mais on la retrouve partout, celle-là...  y compris quand on veut créer son propre jeu.
Comme je l'ai dit, créer un jeu prend du temps non seulement à travers l'apprentissage mais aussi à travers sa création elle-même ; de plus, si vous vous heurtez à un bug ou à des limites que vous avez du mal à affronter, baisser les bras est, certes, une meilleure solution que de jeter l'ordi par la fenêtre, mais n'est certainement pas la meilleure pour continuer le développement du jeu.
Cependant, si vous pensez ne pas avoir le potentiel ou le temps pour faire un jeu complet, vous pouvez toujours vous tourner vers les éditeurs de niveaux... après tout, créer quelques niveaux est toujours plus simple et rapide à faire que de créer le jeu entier.


Enfin, sachez que le choix d'un logiciel ne doit pas vous bloquer pour autant, car certains jeux repoussent les limites de logiciels qu'on croyait conçus uniquement pour développer certains types de jeux. Ainsi, qui aurait pu croire qu'on aurait pu faire un simulateur de danse sur RPG Maker, un RPG sur Adventure Game Studio, ou un univers Pokémon (mais en plateforme) sur Lunar Magic ?
Cela dit, ça demandera toujours du travail... d'ailleurs, il vaut mieux commencer par faire des petits projets, adaptés à vos capacités et aux logiciels que vous utilisez, afin de bien pratiquer là encore.

Partager cette page

Repost 0
Published by