Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 15:14
En fait, pour avoir une liste des hacks faits sous Hyrule Magic, il suffisait tout simplement d'ouvrir la documentation du logiciel, puisqu'une liste de hacks y était dressée... malheureusement, elle date de je ne sais quand, et certains sites ne semblent plus exister...
J'ai quand même trouvé The legend of Zelda : Omega. Le titre est un peu flou, par contre... peut-être est-ce tout simplement en référence au pseudonyme de l'auteur.

Auteur : Omega45889
Année : N/A
Support : Rom de A link to the past (Hyrule Magic)
Langue : Anglais

Le scénario reste dans la même veine que A link to the Past, mais il prend quand même ses distances avec quelques détails scénaristiques en plus et un remaniement de plusieurs dialogues. Cependant, ça reste assez peu différent.
Au niveau des graphismes, il n'y a pas de changements majeurs non plus, mais on note cependant un changement de Link, qui a un look un peu... magicien ^^.
On ne relève rien non plus au niveau musical.
Donc on se contentera surtout de parler du level design du jeu : malgré une carte du monde similaire à celle du jeu d'origine, les lieux ont tous une disposition différente, ce qui n'est pas pour déplaire, puisqu'on voit du nouveau, qui rappelle rarement le jeu d'origine. Ainsi, extérieurement, beaucoup de lieux ont été modifiés : le village, la forêt, la montagne, le domaine Zora... on note cependant que l'espace de jeu est, par ailleurs, très réduit, puisqu'on n'a pas accès au monde des Ténèbres ni à l'intégralité du monde de la Lumière.
Ce qui, par contre, pourrait nous rappeler A link to the Past, c'est certains intérieurs qui n'ont pas subi de modifications importantes, en particulier le château d'Hyrule. Mis à part l'ajout d'un boss lors de l'évasion et quelques détails, on a tout de même une impression de déjà vu à cet endroit-là si on a joué à A link to the Past.
Mais les autres donjons sont, par contre, satisfaisants : ceux-ci sont refaits, aussi bien au niveau du parcours que des trésors et des boss. Ce qui pourrait être un petit peu déplaisant, c'est l'apparition récurrente de certains ennemis, comme les lasers et les soldats "à l'étoile du matin" qui peut devenir lassante à la longue. Etant donné que le jeu possédait à l'origine une gamme d'ennemis plus variée, c'est un peu décevant de voir toujours les mêmes...
Le jeu n'est pas très difficile dans l'ensemble : en fait, c'est essentiellement au début et à la fin qu'on peut avoir des difficultés. Le début, car le deuxième donjon n'est pas forcément facile lorsqu'on a un nombre de coeurs plutôt réduit, et la fin, car le dernier "donjon" nous fait vaincre plusieurs boss en chaîne.
Mais la difficulté reste tout de même bien dosée (surtout si on compare à Parallel Worlds qui est aussi réputé pour son niveau de difficulté élevé).

Et la durée de vie, même si elle reste bien plus courte que celle du jeu d'origine, étant donné qu'on n'a accès qu'à la première partie, dans le monde de la Lumière, est plutôt bonne pour un hack. De plus, on n'est pratiquement jamais dérangé par un bug qui pourrait bloquer le jeu, donc le déroulement du jeu est bon.
En revanche, la fin mérite quand même un bémol : sans vouloir jouer les spoilers, le dernier donjon a été pour moi un moment décevant.
Comme je risque de spoiler (bon ça gâche pas tout le suspense mais si vous préférez avoir la surprise du dernier donjon), surlignez le texte pour avoir des détails :
Car ce n'est qu'une succession de combats pas très logique ; en réalité, on affronte quelques boss d'une manière un peu trop brutale, en finissant par un boss (Agahnim) qui apparaît comme trop simple par rapport à ceux qu'on viendrait d'affronter. De plus, alors que le déroulement du scénario est à son comble, le jeu finit sur... Link dans le monde des Ténèbres, avec un message de l'auteur qui annonce que le jeu est terminé. Et là, ça donne plus l'impression d'une démo que d'un jeu complet, avec une fin aussi brutale et peu cohérente.


En conclusion, c'est tout de même un assez bon hack, mais il peut donner une impression de "A link to the past Express" ou de démo à cause de sa fin brutale, qui donne l'impression que la durée de vie aurait pu être revue légèrement à la hausse pour ne pas laisser une impression d'inachevé.
Mais mis à part cet aspect, le jeu reste très intéressant pour ceux qui voudraient se replonger dans A link to the Past sans pour autant avoir l'impression de jouer au même jeu.


Annexes

Téléchargement
Repost 0
Published by garsim - dans Hyrule Magic
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 21:37
"A link to the future"... au vu du titre, on pouvait imaginer plusieurs choses, à commencer par un jeu faisant référence au fameux "A link to the past" de la Super Nes... alors je me suis demandé quel était ce jeu... c'est en réalité un hack de Alttp fait sous Hyrule Magic ! Le Zelda de la Super Nes étant l'un de mes favoris et les hacks de Alttp n'étant pas monnaie courante, je me jette donc dessus...

Auteur : Bregegrahf
Année : 2009
Support : Rom de A link to the past (Hyrule Magic)
Langue : Anglais


Scénario

Il y a très longtemps, dans le splendide royaume d'Hyrule entouré par les montagnes et les forêts...
Après la mort de Ganon, le temps devint catastrophique dans le beau pays d'Hyrule...
La bataille contre l'armée de Ganon n'était pas finie et le combat final eut lieu à ce moment-là, en face du Palais de l'Est.
Link ne dirigea pas l'armée... après son aventure, il décida d'arrêter de combattre et de participer à la reconstruction d'Hyrule...
Il ne pouvait pas imaginer que des choses horribles commencèrent à se produire au sujet de la Triforce... c'est le début d'une nouvelle histoire...

Le jeu est en fait une suite de A link to the past (d'où le titre...) plutôt bien imaginée et qui s'intègre bien dans le jeu modifié. J'entends par là que, par exemple, le jeu compte une phase où Zelda suit Link jusqu'au sanctuaire, Sahasrahla qui remet les bottes de Pegasus à Link après le premier donjon... alors que le scénario n'est pas le même que A link to the Past. Scénaristiquement parlant, le jeu se démarque donc bien du jeu d'origine.

La justification de l'utilisation du passage secret, cette fois à cause de la météo... un peu coquette, la Zelda, quand même. 

Mais sur les autres points, on relève un peu moins d'innovations, cependant assez nombreuses pour rendre le jeu intéressant par rapport au jeu d'origine (comprenez par là, pas un clone de A link to the Past).

Tout d'abord, on retrouve les mêmes musiques que A link to the Past, ainsi que les mêmes graphismes. Mais cela dit, ils étaient déjà très bons, donc ce n'était pas forcément la peine de les changer.
Au niveau du graphisme, on relève surtout pas mal de changements de palettes, en commençant par le symbole de la Triforce qui est rouge dans l'écran-titre, et en passant par les intérieurs des maisons et des donjons dont les murs ont changé de couleur. Mais par contre, on relève aussi des bugs avec certains sprites : par exemple, les boucliers de soldats glitchés, ou encore l'obscurité non totale...

La lampe est un peu trop puissante, là...

Ensuite, au niveau du level design de l'overworld, si certains lieux ont changé, globalement, la carte d'Hyrule n'a pas beaucoup changé. On retrouve le désert, la montagne, le lac, la forêt, le château... exactement là où ils étaient dans A link to the Past, ainsi que la superposition avec le monde des Ténèbres.
La différence majeure est que beaucoup de lieux sont devenus inaccessibles (à cause de la tempête), ce qui n'empêche pas certains lieux d'avoir légèrement changé (par exemple, l'ajout d'une maison à un endroit précis, la suppression d'un mini-jeu, les cadavres devant le palais de l'Est...). Le problème est qu'on le ressent parfois avec des erreurs de mapping, néanmoins assez discrètes (un bout d'arbre ou de falaise qui saute, par exemple), et parfois, avec des trous qui buguent (on entend la mélodie qui signale la présence d'un trou lorsqu'on coupe un buisson, et c'est là qu'un bug graphique mineur survient à la place du trou).
En ce qui concerne les donjons, on reconnaît la disposition des donjons du jeu d'origine, mais celle-ci a été modifiée afin de faire des donjons un peu plus intéressants. On note aussi la présence de quelques bugs graphiques par-ci par-là, mais rien de bien grave la plupart du temps. Les donjons sont moins nombreux, et on ne retrouve pas beaucoup de boss.
Le niveau de difficulté, quant à lui, n'est pas très élevé, il doit être de la même veine que celui de A link to the Past. Mais la durée de vie est plus courte, le jeu faisant environ 5 heures. On retrouve aussi les objets à chercher sans qu'on le demande, comme dans le jeu d'origine (par exemple, des quarts de coeur ou d'autres objets qu'on trouve dans des cavernes isolées).


Conclusion

On voit quand même au travers de ce hack certaines limites d'Hyrule Magic, qui, selon moi, confirmeraient que Alttp a été fait un peu "sur mesure" (par exemple, le mapping, certains bugs) et qu'il permettrait assez difficilement de faire un jeu qui se démarque vraiment de A link to the Past (comparativement à Lunar Magic, par exemple). D'ailleurs, il m'était arrivé de voir des hacks qui différaient du jeu d'origine soit parce que les dialogues ne sont pas les mêmes (et parfois, il vaudrait mieux ne pas en parler vu le niveau des dialogues ) soit parce que le look de Link a changé... bref, pas de très gros changements en perspective.
Mais ici, j'ai bien apprécié la distance avec A link to the Past, l'investissement pour faire un jeu qui ne soit pas qu'un simple clone avec une petite différence... bien que la carte du monde soit la même, mais il fallait bien poser le contexte de la saga. Bref, le jeu vaut le coup d'oeil, essentiellement pour les fans du fameux Zelda de la Super Nes.


Annexes

Blog du jeu

Mise à jour :
A noter : le jeu semble être le premier d'une saga de cinq chapitres dont le deuxième est... sorti (voir le blog du jeu pour plus de détails, celui-ci se démarque déjà plus de Alttp) et le troisième en cours de réalisation avec un autre pack graphique.
Et à l'origine,
le titre semblait comporter un gallicisme (A link to futur), il a donc dû être changé en cours de route (disons qu'en anglais, j'aurais eu tendance à dire que "futur" se traduisait par "future" et qu'il fallait un "the" par analogie à "A link to the past").
Repost 0
Published by garsim - dans Hyrule Magic
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 18:31
Les hacks faits sous Hyrule Magic (permettant de modifier "A Link to the Past") ne courent pas les rues. Et pour cause, ayant moi-même essayé le logiciel, je le trouvais bien trop limité. Pourtant, il arrive qu'on trouve des jeux dessus. Parallel Worlds doit certainement être l'un des premiers... et quelle surprise !

Auteur : Euclid
Année : 2006
Support : Rom de A link to the past (Hyrule Magic)
Langue : Anglais

Scénario

Vous êtes un chasseur de trésor d'un autre pays. Vous avez bougé ici avec votre ami, afin de trouver des trésors bien sûr ! Beaucoup de choses ont commencé à arriver peu de temps après avoir emménagé ici.
Sept personnes sorties de nulle part sont questionnés au sujet de la Tour parallèle par les habitants du village Kakariko. La Tour parallèle se trouve dans les îles célestes au nord-est du village. La légende concernant cette tour a été perdue, et les anciens savaient la légende.
Word commence à diffuser des informations sur le Tour parallèle, et les gens ont commencé à en apprendre davantage sur la légende. La légende dit qu'elle a été le produit d'une longue guerre et qu’il y a un pouvoir, connu sous le nom de Triforce, qui existait au sommet de celle-ci. On raconte que personne ne connaît les indices sur la façon d'arriver en haut de la Tour, et que les sept personnes connaissent ces "indices" de la Tour.
Le roi a été informé de l'existence de ces sept personnes et il les invite au château pour savoir ce qu'ils voulaient avec la tour. Juste la nuit avant laquelle les sept personnes ont eu une audience avec le roi, son assistant, Draegor, élimine le roi et réclame le trône par défaut.
Les sept personnes ont foncé dans un piège évident. Draegor, a capturé les 7 personnes et les oblige à lui dire ce qu'ils savent au sujet de la Tour.
Lorsque le peuple apprit le sort du roi, une force rebelle se rassembla secrètement pour comploter contre Draegor. La force rebelle apprit que deux personnes capturées par Draegor sur les sept sont encore en vie et emprisonnés dans la maison de garde. Ils ont rapidement rallié tous ceux qui pouvaient être intéressés par la Tour et les habitants pour aider ces dernières 2 personnes.
Vous et votre ami avez entendu parler de ce plan et êtes prêts à aider les rebelles à combattre Draegor.
La nuit de l'opération commence l'histoire...

Avant de commenter le scénario, il faut savoir que Hyrule Magic, le logiciel permettant de hacker la rom, impose quand même des limites, aussi bien au niveau du gameplay que du scénario (certains événements sont programmés dans le cadre de A Link to the Past, aussi est-il assez difficile de se démarquer du scénario du jeu original.
Et pourtant, on a bel et bien un scénario original, qui présente peu de similitudes avec le jeu d’origine. Ce scénario est par ailleurs assez riche.

Un nouveau monde à explorer.

Graphismes

Ouais, pour un fan-game Zelda, on va encore avoir droit à des rips de A Link to the Past... pourquoi se priver, d’autant plus qu’on traficote le jeu d’origine ? Eh bien non c’est loupé. Car les graphismes sont bel et bien originaux : non seulement les graphismes d’extérieur et certains personnages ont été refaits en donnant un rendu plus réaliste et très agréable à regarder, mais de plus, ils permettent l’apparition de zones inédites dans le jeu d’origine, ainsi que des décors plus variés. Regardez par exemple le monde enneigé et dites sincèrement ce que vous en pensez... magnifique, non ?
Il est juste un peu dommage que les graphismes d’intérieur soient encore similaires et parfois incohérents (par exemple, dans le passage d’un étage de donjon à un autre, la couleur des murs change brusquement), mais l’extérieur est en tout cas très bien fait.
  Il neige !!!

Musiques

Les musiques de A link to the Past étaient plutôt bien faites... c'est pourquoi elles sont toujours dans le jeu. Bien que quelques musiques aient fait leur apparition, comme le thème de Zelda 1, il y a eu peu d'innovation de ce côté, mais il y en a eu : il faut dire aussi qu'éditer ou créer une musique sous Hyrule Magic n'est pas aussi simple qu'importer un fichier audio...


Gameplay

Généralement, les modifications de gameplay pour les hacks sont moins nombreuses, étant donné que le jeu, à la base, avait déjà un gameplay "professionnel". Pourtant, ici, on retrouve quand même des modifications, certes assez discrètes et pas particulièrement révolutionnaires, mais elles doivent tout de même être soulignées.
Par exemple, la réorganisation de l'HUD, qui affiche différemment l'énergie magique (sous forme de barre horizontale), l'item sélectionné (on remarque aussi que le nombre de flèches et de bombes disponibles ne s'affiche que si elles sont équipées), le nombre de rubis (qui semble ne plus être limité à 999) et de clés (qui ne sont pas spécifiques à chaque donjon).
Cette réorganisation concerne aussi le menu, différemment disposé, même si, dans l'absolu, ça ne change pas la jouabilité.
Sans oublier les nouveautés pour les donjons : si la carte et la boussole ne sont plus disponibles (en raison d'une limite d'Hyrule Magic), une clé a été rajoutée, permettant d'ouvrir les Grands Coffres, alors que la Grande Clé se contente juste d'ouvrir les Grandes Portes ; et le bouton qui, à l'origine, servait à afficher les cartes de donjon, a un nouvel usage que je vous laisse découvrir dans le jeu. Par ailleurs, il existe également d'autres objets trouvables dans les donjons de l'autre monde, mais à quoi servent-ils ? C'est un secret... que vous pourrez cependant percer une fois que vous aurez très bien avancé dans le jeu.
Et le tout... pratiquement sans bugs à relever. Vraiment impressionnant, vu qu'Hyrule Magic a parfois tendance à buguer facilement... en fait, on peut relever quelques coquilles sur certains graphismes de portes, mais c'est tout...


Difficulté

Cela semble trop beau pour être vrai ? Eh bien oui... le jeu a un niveau de difficulté très élevé, voire parfois exagéré. Cependant, la difficulté se manifeste plutôt dans les donjons du jeu, pratiquement aussi nombreux que ceux de A link to the Past.
Certes, certains choix volontaires comme un premier donjon pratiquement sans épée, des boss qui ne donnent pas de réceptacle de coeur ou l'ajout d'une clé pour les grands coffres sont originaux et donnent plus de cachet au jeu ; certes, on peut passer au travers de certaines limites d'Hyrule Magic comme l'édition des cartes de donjons trop limitée. De ce côté-là, même si ça ajoute de la difficulté, on ne s'en plaint pas, puisque ça ajoute également de l'originalité au jeu.

Ce qui, par contre, est plus contestable, sont les autres éléments, comme par exemple l'architecture des donjons : alors que certains donjons impliquent des allers-retours lassants (en particulier le premier donjon),  d'autres sont de véritables labyrinthes (mais dans des styles variés : un spécial téléporteurs, un spécial trous, un spécial "à la LoZ 1"...) où il n'y a pratiquement aucun indice pour vous aider, et pour finir, ce n'est pas très amusant de devoir refaire un même donjon deux ou trois fois de suite (allusion à la fameuse "Parallel Tower"). De quoi mettre les nerfs à rude épreuve.
De plus, l'organisation du jeu laisse parfois à désirer : on peut se retrouver bloqué parce qu'on a oublié de prendre un objet nécessaire à la suite, mais qu'on ne peut plus récupérer car on ne peut plus revenir en arrière (par exemple, le boomerang bleu car on ne peut plus revenir dans le donjon où on a oublié de le prendre) mais c'est légitime, puisque pour l'avoir, il fallait faire un aller-retour ). Un autre exemple est l'organisation du deuxième monde : même s'il n'est pas nécessaire de faire les sept donjons avant d'aller directement à la "Parallel Tower", l'un des rares coups de pouce du jeu indique un ordre conseillé pour les faire, bien qu'ils soient plus ou moins indépendants les uns des autres. Eh bien devinez quoi : il complique les choses, car même si les donjons sont tous plus ou moins indépendants, il est préférable d'en faire certains avant d'autres pour avoir des objets utiles voire indispensables (par exemple, la baguette de feu pour vaincre Kholdstare)... et si on suit l'ordre indiqué, on se rend compte qu'on bloque très vite !

Résultat : tout le monde n'est pas un hardcore gamer, et donc tout ce que le jeu y gagne pour ces gens-là, c'est une baisse considérable du plaisir. Et ça semble parfois mission impossible d'arriver à finir le jeu sans avoir eu recours à des codes de triche ou à des solutions trouvées sur Internet... et là encore, tricher gâche le plaisir et la satisfaction personnelle (même si parfois, en trichant, ça ne reste toujours pas aussi simple...).
Cela dit, les hardcore gamers sauront sans doute y trouver leur compte.
Ca pourrait être l'archétype du jeu, mais heureusement, tous les boss ne ressemblent pas à ce genre de compilation...


Durée de vie

La durée de vie est quand même, du coup, assez longue, voire plus que celle du jeu original : forcément, avec la difficulté, on reste souvent des heures bloqué à un certain endroit.
Mais de plus, le jeu propose aussi une seconde quête ! Le hic, c’est qu’elle est censée être encore plus dure que la première... alors on peut ne pas avoir le courage de la faire, bien qu'elle soit plus courte. Cependant, en la faisant, il est possible qu'on s'aperçoive que peu de choses changent, alors que les nouveautés par rapport à la première quête apparaissent un peu plus loin.
Ce serait donc un exemple de jeu qui a un... excès de durée de vie ? Ce serait assez paradoxal, mais en tout cas, les joueurs occasionnels ne seraient sans doute pas très tentés... mais les joueurs férus et acharnés se régaleront peut-être.


Conclusion

Un jeu qui se détache quand même beaucoup du jeu original malgré certaines références (cependant voulues) et qui mérite un coup d’œil de la part des fans de Zelda, mais aussi des autres...
Finalement, le jeu est de très bonne qualité et mérite d'être remarqué (également par le fait que c'est l'un des rares hacks de A Link to the Past faits sous Hyrule Magic que je connaisse), et ses défauts (la difficulté, pour ne pas les citer), ne dépendent même pas d'Hyrule Magic, ce qui peut sembler étonnant vu qu'il a tendance à buguer parfois assez facilement...



Annexes

Site du jeu (en anglais)

Guide (par Zeldahack, plutôt utile vu la difficulté du jeu...)

Repost 0
Published by garsim - dans Hyrule Magic
commenter cet article