Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 13:30
Non, je n'ai pas publié par erreur le même test deux fois de suite , c'est juste un spin-off inspiré de BookWorm Adventures (si vous voulez, une sorte de "Le mot le plus long"... vous connaissez bien "Des chiffres et des lettres" tout de même, non ? ) qui reprend l'histoire de la bande dessinée là encore.

Auteur : Shai-la
Année : 2009
Support : Adventure Game Studio
Langue : Français


On ne reviendra pas sur l'aspect graphique ni sur l'ambiance musicale, qui sont sensiblement identiques au jeu Dread Mac Farlane, c'est-à-dire très bons et ambiants.

Au niveau du synopsis, on a Dread qui en apprend plus sur son père, Davis Mac Farlane, et qui veut suivre ses traces en devenant pirate à son tour.
Dans le jeu, on la voit donc grandir au fur et à mesure, en suivant le scénario de la bande dessinée. On reconnaît d'ailleurs l'histoire du premier tome dès le début du jeu, pour que celui-ci laisse la place à la suite de l'histoire par la suite.
Mais... comment va-t-elle progresser dans son aprentissage du métier de pirate ? En... apprenant bien son vocabulaire maritime. Eh oui, ici, pour devenir pirate, il faut surtout connaître son vocabulaire.
C'est là l'originalité : pour combattre, on se sert de la plume et non pas de l'épée. On pourrait reconnaître là une ébauche de débat sur le pouvoir de la littérature et des arts en tant qu'arme, mais ce n'est pas vraiment le sujet... quoique si ça pouvait être vrai...
En réalité, la plume sert surtout de curseur pour, soit utiliser un objet de l'inventaire, soit composer un mot, soit choisir une action. Là encore, tout se fait à la souris.

Alors, comment les combats se déroulent-ils ?

Dread et son adversaire ont chacun leur nombre de points de vie. Un tirage de seize lettres est donné. Le but est de former un mot à chaque fois, et plus celui-ci est long, plus l'adversaire perd de points de vie. En sachant qu'un mot de trois lettres permet de faire perdre un point de vie, et que chaque lettre supplémentaire fait perdre un point de vie supplémentaire.
Oui mais voilà, le mot en question doit être obligatoirement en rapport avec la piraterie... d'un côté, c'est normal, direz-vous... mais de l'autre, ça refroidit tout de même un peu le fun. En effet, une fois on se met à hésiter sur "Est-ce que ce mot est bien en rapport avec la piraterie ?", "Sachant que ce mot-ci est accepté, est-ce que celui-là le sera aussi ?", "Est-ce qu'il accepte les pluriels ?" (et il semblerait justement qu'il ne les accepte pas...), une fois on remarque que l'adversaire sort un mot auquel on n'aurait jamais pensé, soit car on ne le connaît pas du tout (il faut dire que certains termes comme "wharf" sont un peu techniques), soit car on le connaît mais qu'on n'aurait jamais pensé qu'il soit accepté...
En gros, ce qui gâche un peu le fun, c'est la gestion du dictionnaire pirate. Cela dit, au fur et à mesure, on s'habitue, et on trouve des astuces, comme faire de petites attaques avec des mots courts (style "rat"), ou ressortir les mots des adversaires (même si on ne sait pas ce qu'ils veulent dire, mais après, rien ne nous empêche de regarder dans le dictionnaire, hein ), ou encore utiliser les précieux objets qui peuvent nous venir en aide.
Les objets... on a beau dire, ils sont tout de même très pratiques.
De la simple bouteille de rhum qui restaure les points de vie aux attaques directes qui permettent d'entamer les points de vie de l'adversaire avant même de proposer un mot, en passant par les armes qui permettent d'augmenter la force d'attaque lorsqu'on propose un mot... bref, c'est tout de même bien fait, surtout si on a du mal avec le principe de base du jeu.
Et d'ailleurs, le niveau de difficulté reste très bien : bien qu'on ait du mal au départ, on finit par s'habituer et à trouver quelques stratégies pour vaincre les adversaires, qui ont une IA assez raisonnable (généralement, les mots qu'ils proposent restent d'une longueur raisonnable).

En définitive, voilà un spin-off plutôt sympathique qui montre qu'AGS peut aussi permettre de concevoir ce genre de mini-jeux, pas vraiment éducatif à mon goût, mais plutôt amusant.



Annexes


Téléchargement

Partager cet article

Repost 0

commentaires