Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 13:21
Le making est parfois un peu private joke. Parfois, on a l'impression que certaines communautés sont fermées sur elles-mêmes. Et par conséquent, les projets qui peuvent sortir sont parfois des projets humoristiques private joke qu'on aurait du mal à comprendre. Et même parfois, certains préfèrent éviter les jeux humoristiques tout court ou la culture making... vraiment ? Bon, si on cassait un peu cette image avec Star Ocean 0, qui a tout de même de quoi vous faire changer d'avis si vous êtes dans ce cas ? Ah, au fait, même si vous êtes anti-fan games... je crois que ce n'en est même pas un...

Auteur : Jyuza le nuage
Année : 2006
Support : RPG Maker 2003
Langue : Français


Scénario

Voilà un point du jeu bien ambigu...
A première vue, ce point ne semble pas être pris au sérieux tout le long du jeu. Il suffit d'ailleurs de regarder l'introduction, on sait déjà à quoi s'attendre... et tout le long du jeu, on a beaucoup de dérives du style "c'est cliché" et tout ce genre de choses typiques des RPG constamment tournées au ridicule.
Et pourtant, le jeu possède tout de même une base scénaristique : "cette base, c'est l'arrivée sur Gaïa de Gaav, un monstre venu de l'espace, qui recherche 5 armes de lumière qui une fois réunies, lui permettront on ne sait pas exactement quoi. Claude C.Kenni arrive aussi sur Gaïa pour arrêter Gaav. Mais il s'écrase près du village de Jyuza et fait la connaissance de celui-ci. Ensemble, Jyuza et Claude partiront en voyage pour empêcher Gaav d'arriver à ses fins..." en réalité, elle est plus là pour le cadre, mais elle donne tout de même beaucoup d'occasions pour rire un bon coup.
Et aussi, les personnages, il faudrait en parler ! Ceux-là ont tout de même des personnalités différentes et abouties, et surtout... ils nous donnent encore et toujours l'occasion de rire sur les situations qui peuvent leur arriver.
Ouaiiiis le grand méchant du jeu. Notez qu'il a la particularité d'avoir des doublages son, les autres se contentent de bulles ou de boîtes de dialogues.

En définitive, le scénario existe quand même, certes, mais il est assez discret en comparaison des autres points du jeu et est surtout complété par l'humour, omniprésent, sur lequel on consacrera un point particulier plus tard.



Graphismes

On pourrait se dire que les graphismes n'ont pas été très fouillés dans le jeu... eh bien pas du tout.
En effet, la plupart du temps, les personnages bénéficient tout de même d'un bon rendu graphique (on va dire qu'ils sont bien faits, quoi). En effet, ce n'est parfois pas vraiment le cas, mais on va y revenir.
Et les décors du jeu... vraiment très bien composés. La plupart du temps, ce sont des rips (Terranigma, Seiken Densetsu 3 et sans doute d'autres jeux que je n'arrive pas à identifier) qui s'accordent très bien entre eux et qui donnent de très bonnes ambiances dans les différentes maps panoramisées.

Ici, on reconnaît le rip de... euh en fait non, j'ai juste reconnu les lapins.

Cela dit, tout n'est pas que rip dans le jeu. On pourrait dire qu'il y en a un peu pour tous les goûts, sur le coup, vu qu'on peut trouver à la fois du rip, des RTP et du custom, bien qu'ils ne figurent pas en proportions égales dans le jeu.
En effet, on a tout de même l'impression que les RTP servent parfois plus au côté parodique et humoristique qu'à l'agencement des maps. Quant au custom, parfois il sert pour composer des maps et est de bonne qualité, mais parfois c'est aussi pour dessiner des bonshommes fil de fer sous Paint (appelez ça comme ça si vous n'êtes pas familier de la "culture making", mais en réalité ça fait référence à une série de projets appelée "Les aventures d'un avatar" dont les graphismes sont souvent dans un style Paint).

Ici, les décors ont été réalisés à la tablette graphique.

Bref, le niveau graphique du jeu est tout de même très bon, et les quelques dérives servent là encore le côté humoristique...


Musique

Niveau musical, par contre, les musiques ont été composées spécialement pour le jeu, et sont de très bonne qualité, très agréables à entendre et adaptées à l'ambiance des lieux traversés. Bref, encore un point qui n'a pas été négligé !
Le menu tournant.


Gameplay

Il y aurait encore de quoi écrire pas mal de tartines à ce sujet, tiens...
Commençons par le système de combat : ce n'est pas celui de base de rm2003, c'est un CBS (Custom Battle System), néanmoins assez classique, car il se fait au tour par tour. Mais ce qui le rend également original, c'est d'une part le système de limite, et d'autre part, l'hétérogénéité des techniques de combat des différents personnages. Comprenez par là : les personnages ont tous des techniques de combat différentes, et parfois même un système de combat spécifique ! Prenons par exemple Jyuza qui n'a pas d'attaques magiques (contrairement au reste du groupe) mais qui peut charger son revolver de balles très variées, Tifa qui est essentiellement guérisseuse, Elea qui peut invoquer tout et surtout n'importe quoi, Zoï qui est la seule à utiliser la magie élémentale... bref, ça semble hétérogène, et pourtant, on s'y fait, et c'est tout de même assez bien pensé, car du coup, les personnages se complètent plus ou moins. Au final, le système de combat est tout de même très bien réalisé, malgré peut-être des attaques ennemies pas très variées.


Cela dit, si ce système de combat est prédominant, il est aussi possible de se retrouver confronté à des ennemis à battre dans un style de combat A-RPG, bien réalisé, mais trop peu fréquent par rapport au système au tour par tour...
Et techniquement, il faudrait aussi souligner un autre système de combat présent dans le jeu, mais il est assez particulier... encore une référence aux Aventures d'un Avatar, je présume , mais c'est tellement énorme que le screen sera plus parlant que moi :

Et le pire, c'est qu'on a toujours envie de choisir "Perdre" pour savoir ce qui va se passer...  bon, ça peut valoir le coup, certes, mais faut pas le faire exprès à chaque fois...

Par ailleurs, le système de combat n'est pas le seul à être personnalisé. Il y a aussi le menu, qui est un menu tournant à la Seiken Densetsu, ma foi très bien réalisé là encore. Et les magasins sont eux aussi personnalisés. La seule chose qu'on pourrait trouver absente, c'est les occasions d'acheter des armes ou des armures. Et pour cause... les héros ne voudront jamais en acheter. La raison ?


Durée de vie

Si vous avez en tête que la durée de vie d'un jeu humoristique ne dépasse pas les 20 minutes, vous risquez d'être déçus... car ici, elle peut même dépasser les 20... heures. Eh oui, la durée de vie du jeu est donc déjà assez impressionnante par elle-même.
Par ailleurs, un point qui conforte cette grande durée de vie est la profusion d'énigmes et de mini-jeux qu'on retrouve tout le long du jeu. C'est vraiment l'un des points les plus surprenants du jeu, car non seulement ils sont variés (du simple chifoumi à la bataille de slips), font preuve d'imagination, et surtout, sont très nombreux (une cinquantaine !). On retient surtout parmi ces mini-jeux et "plus" qui allongent la durée de vie : la longue chaîne d'échanges d'objets, ainsi que le jeu de cartes "War of Bouzous" qui sont un peu des "fils rouges" du jeu.


Ce qu'on pourrait reprocher de ce côté ? Hmmm... allez, on va dire la linéarité. Elle est cependant voulue et peu gênante la plupart du temps, bien qu'elle puisse être un peu embêtante pour la chaîne d'échanges d'objets.


Humour

Vous l'aurez sans doute compris depuis le temps, c'est bien là l'intérêt principal du jeu. Et pour cause, on le retrouve presque partout : dans le scénario (entre les dérives scénaristiques, la dénonciation des clichés et la personnalité explosive des personnages), dans les graphismes (entre certains lieux volontairement mal mappés et certaines cinématiques humoristiques), dans les musiques (plus rare, mais ça peut arriver) et le gameplay.
Et il n'est tout de même pas très souvent issu de privates jokes, même si c'est parfois le cas (il y a d'ailleurs un lieu dédié à ça, où les non-initiés pourraient avoir un peu de mal, mais c'est tout), bref il est très accessible. Et souvent parodique (il me semble bien avoir reconnu des répliques des Nuls à certains moments ^^).

War of Bouzous.


Conclusion

Qui a dit que les projets humoristiques avaient peu d'intérêt ?
Voici tout de même un excellent exemple d'un projet humoristique abouti (il a tout de même fallu 5 ans pour le finir, c'est loin d'être bâclé !) qui, en plus, ne néglige pas les autres aspects (gameplay très riche).
Bref, même si l'intérêt principal de ce jeu est l'humour, les autres aspects méritent tout de même d'être soulignés.


Annexes

Site et téléchargement

Partager cet article

Repost 0
Published by garsim - dans RPG Maker
commenter cet article

commentaires