Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 10:34
Quel fan de RPG rétro ne connaît pas Secret of Mana ? Ne vous vexez pas si vous êtes dans ce cas (j'ai pas eu beaucoup d'idées pour l'introduction ), mais il n'est pas trop tard pour l'essayer, justement !


Editeur : Squaresoft

Console : Super Nintendo

Type : A-RPG

Date de sortie : 1994



Scénario


Sur un continent oublié, à une époque lointaine, vit un peuple qui n'adore aucun Dieu et n'est soumis à aucun maître. Un peuple qui vit en paix et en liberté, et puise toute sa force dans l'arbre magique de Mana. Seuls les vénérables sages savent encore quelles véritables forces se cachent dans le Mana. Car la paix ne règne pas depuis toujours dans ce pays.
Une vieille légende raconte que les habitants du pays utilisèrent un jour les pouvoirs de Mana pour se révolter contre la puissance de l'Infini. Alors apparut un chevalier qui punit les insurgés et détruisit leur civilisation. Il déposa les graines de l'arbre Mana dans huit Palais. Elles devaient être la marque qui préserverait du Mal. Le chevalier avait pour arme la légendaire Epée Mana. Après avoir accompli la prophétie, il planta son épée dans un rocher.
C'était une marque supplémentaire pour conjurer le Mal et commémorer la profanation de la puissance de Mana. L'épée reposait dans ce rocher depuis la nuit des temps, jusqu'au jour où... un jeune homme vint la retirer. Les forces du Mal furent de nouveau libérées et la paix du pays se trouva menacée. C'était le moment d'utiliser l'épée, et de sauver le monde, puisqu'il n'était pas encore trop tard !


Le scénario est un élément essentiel du jeu, qui marque assez bien la série : l’arbre Mana va en effet marquer Seiken Densetsu 3, qui est l’épisode suivant.

Le scénario reste très classique, mais il est très riche, promettant ainsi une bonne histoire et des rebondissements. Parallèlement, trois destins convergent, et se relient dans cette quête : les personnages principaux ont, en effet, leur personnalité, leur histoire, et leur motivation vient se greffer à l’histoire du jeu.


C'est pas l'épée Mana pour rien, hein...

Graphismes


Par rapport aux jeux sortis par Square auparavant (Final Fantasy Mystic quest, Final Fantasy 2) où les graphismes étaient plutôt simplets, ici, les graphismes sont plus aboutis et colorés : ils sont donc plutôt bons.

Ainsi on peut explorer des lieux aux ambiances variées dans un univers assez grand : un désert, une forêt maudite, une plaine glacée, une ville dorée...

Par ailleurs, les animations des personnages sont bien réalisées, qu’il s’agisse de leur attitude en combat, leur état lorsqu’ils expriment une émotion, ou le développement de leurs magies, qui devient de plus en plus spectaculaire au fil du jeu.


Auriféra, l'île dorée.

Musiques

Les musiques... elles sont très belles et décrivent très bien les ambiances au cours du jeu. Elles sont assez souvent tristes (en raison de passages relativement tristes), parfois enjouées (comme par exemple lors de danses tribales), parfois elles décrivent simplement l'ambiance calme du désert ou l'ambiance enneigée des plaines enneigées, ou bien même les victoires remportées contre les bosses.
Bref, l’OST du jeu reste sublime.
 
Un aperçu des moyens de transport disponibles dans le jeu.
Mais dommage, même si Flammy reste plus confortable que les voyages Canon, on ne le débloque évidemment pas tout de suite.

A la longue, on traverse de nombreux endroits, chacun ayant son ambiance propre, ce qui fait toujours plaisir lorsqu'on découvre un nouveau lieu.


Gameplay


Le système est un A-RPG, c’est-à-dire que les combats sont en temps réel. Cependant, il ne s’agit pas d’un A-RPG à la Zelda, il reste à mi-chemin entre RPG et A-RPG.
En fait, il est possible d’accéder au fameux menu tournant pour changer d’arme ou lancer une magie, ce qui ne résume pas forcément les combats à de simples duels à l’épée (bon, mais au début, en revanche, ce sera comme ça...), mais... les ennemis aussi connaissent la magie !
Pour les combats, il est donc possible de recourir aux armes, qui sont au nombre de huit pour vos trois personnages : chaque arme pourra être améliorée grâce à une sphère d’arme, généralement obtenue après un combat contre un boss, en la faisant forger.
Mais il est également possible d’utiliser les magies, qui permettent non seulement de faire mordre la poussière aux ennemis, mais également de soigner ou de renforcer les caractéristiques des personnages. Plus les magies sont utilisées, plus elles sont puissantes... mais elles ne sont pas accessibles dès le départ, et les nouvelles magies ne peuvent être débloquées que lorsque les personnages découvrent un nouvel esprit qui leur donne une magie d’élément : eau, feu, terre, vent, ombre, lumière, lune, végétal.
D’un côté, ça promet des combats assez animés, de l’autre... mieux vaut ne pas être allergique au levelling, car ça reste quand même très utile pour ne pas se retrouver largué par la suite.

Rien de tel qu'Athanor pour réchauffer un peu l'atmosphère.


Le système de menu tournant est bien pensé, et permet de naviguer assez facilement parmi le choix des objets, le choix des armes et des armures, le choix des magies, et les caractéristiques.


Le gameplay possède assez peu de bémols, mais on peut toutefois noter que l’intelligence artificielle des alliés possède parfois des lacunes (ça leur arrive de rester coincés dans le décor lorsqu’on veut quitter les lieux), ce qui devrait moins poser de problèmes en jouant à plusieurs.
Par ailleurs, l’inventaire des objets pouvant être possédés est un peu petit : en effet, il existe plusieurs sortes d’objets curatifs, mais il est impossible de transporter plus de quatre objets d’une même sorte... ce défaut reste néanmoins compensé par les magies curatives.


Tropicallo, le deuxième boss du jeu.



Durée de vie

Très bonne. Même si je ne fais jamais attention au temps que je passe sur un jeu, celui-ci a quand même de quoi faire tenir en haleine pendant un moment, car on ne progresse pas si vite dans l'histoire. Notamment au début.
Par contre, la linéarité du jeu se fait assez ressentir, car la trame principale de l'histoire reprend le dessus sur les autres aspects du jeu. Il est, certes, parfois possible de sortir des sentiers battus pour se promener un peu plus librement, mais les possibilités de ce côté-là sont assez limitées. En dehors de quelques petits détails, on se cantonne donc souvent au scénario principal.




Conclusion

Ce jeu étant assez réputé, je ne sais même pas s'il était nécessaire d'en faire un test... toutefois, si certains ne le connaissent pas (tout le monde n'est pas retro gamer...), c'est l'occasion de faire connaissance avec un classique dans le genre, tout de même...
On pourrait le comparer à sa "suite", Seiken Densetsu 3 (parfois nommée Secret of Mana 2), qui n'était sortie qu'au Japon ; peut-être celle-ci est meilleure sur plusieurs plans (gameplay, scénario, graphismes...), toutefois l'ambiance de Secret of Mana s'avérant être unique, on ne la ressentira probablement pas de la même façon...



Annexes


Source scénario (Square palace)

Partager cet article

Repost 0
Published by garsim - dans Super Nintendo
commenter cet article

commentaires