Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de garsim
  • Le blog de garsim
  • : Blog dans lequel j'ai plus l'intention de mettre des tests, souvent de jeux vidéo amateurs, mais parfois d'autres choses.
  • Contact

Partenaires

A la Grande Tasse Bleue
Communauté AGS francophone - jeux AGS

Imagin
Imagin
Forum sur le making, l'écriture, et la création en général.
Yasei Ookami
Forum sur la création de tous types
Devenir partenaire ?
Si vous le voulez, n'hésitez pas à laisser un commentaire !

Recherche

Blogs amis/collègues/favoris

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 12:38
Comme je l'avais dit dans le test de son prédécesseur, Return of the Hylian (ROTH par abréviation), j'allais sans doute mettre un test de Oni Link Begins (OLB par abréviation).
Comme c'est justement la suite de ROTH, ça sera très tentant de faire des conclusions partielles et une conclusion générale fondées sur la comparaison entre ce jeu et son prédécesseur... si proche mais pourtant si éloigné...


Auteur : Vincent Jouillat
Année : 2006
Support : Programmé en C++ (à l'aide de la SDL)
Langue : Français


Scénario

Frappé d'une terrible malédiction depuis sa récente victoire sur le seigneur des ténèbres, Link se transforme jour après jour en une créature surpuissante au pouvoir destructeur répondant au nom d'Oni Link. Banni d'Hyrule, le jeune hylien demande son aide à la princesse Zelda. Cette dernière lui indique son ultime espoir ; un portail vers un monde secret...

Le scénario est donc logiquement la suite de celui de ROTH, qui nous laissait un peu sur notre faim avec sa conclusion.
Ici, le monde ne sera donc plus le même, ce qui engendrera des modifications au niveau du scénario, qui est ici plus riche en rebondissements et plus original.
De plus, le scénario a permis d'apporter un élément original qui donne une touche personnalisée au gameplay...

Toutefois, il est plus judicieux de jouer d'abord à ROTH pour ne pas gâcher d'éléments de surprise.

On ne change pas une équipe qui gagne, l'introduction est présentée de la même façon.

Graphismes

On retrouve ici encore des rips de A Link to the Past la plupart du temps, mais également des rips d'autres jeux (notamment Secret of Mana qui sert beaucoup pour les boss), ainsi que des éléments personnalisés, comme les sprites d'Oni Link.
L'ajout de rips provenant d'autres jeux ansi que les éléments customisés assurent donc une touche personnelle, bien faite, étant donné que les graphismes s'adaptent bien entre eux.

Niveau mapping, on pouvait relever que dans ROTH, il y avait moyen de mieux faire.
Ici, c'est d'ailleurs le cas : le mapping d'extérieur est bien fait, et on remarque du progrès par rapport aux intérieurs, qui paraissent déjà beaucoup moins vides grâce à l'ajout d'éléments de décoration et à l'utilisation de murs "cassés" (bref, fini les salles désespérément carrées ou rectangulaires monotones ! ^^).
Bien que certaines salles soient encore un peu vides, le mapping a toutefois été bien amélioré.

N'est-ce pas ? ^^

Musiques

De façon analogue aux graphismes, les musiques ne proviennent plus exclusivement de A link to the past ou Ocarina of Time : certes, la plupart le sont encore, mais les musiques proviennent aussi d'autres jeux, avec ici encore Secret of Mana, mais aussi Final Fantasy 6 ou Star Ocean II, ainsi que d'autres Zelda tels Twilight Princess ou Majora's Mask.
Par contre, certaines de ces musiques ne sont pas très "zeldaesques", même si elles restent agréables à écouter.


Gameplay

Un ajout important a été réalisé dans le gameplay : la transformation en Oni-Link.
Celle-ci s'effectue en absorbant des coups et blessures occasionnés par les ennemis, trous ou pièges. Elle se mesure au moyen d'une jauge, un peu comme les systèmes de colères dans certains RPG qui débloquent une attaque spéciale une fois la jauge remplie.
Ici, ce n'est pas tout à fait le cas, car, certes, Oni-Link possède ses avantages, mais aussi ses inconvénients... aussi, pour redevenir Link, il faut se défouler sur des monstres afin de remettre le niveau de la jauge à zéro.
Bref, une innovation plutôt originale et bien adaptée au jeu.

Pour le reste, il y a l'ajout de quelques items et de quelques détails, mais le système d'OLB reste très proche de celui de ROTH, qui était déjà très bien réalisé.
La version DX (dernière en date) a d'ailleurs permis, là aussi, des ajouts plutôt sympas.

On peut cependant relever quelques petits bugs, cependant peu gênants et corrigés par l'équipe du projet.

Voici Oni Link !

Durée de vie

En ce qui concerne le jeu en lui-même, la durée de vie a été revue à la hausse : en effet, s'il était possible de terminer ROTH sans tenter de rang spécial en moins de vingt heures, ici, la durée de vie est beaucoup plus longue (dans les quarante heures).
Cela est notamment dû au nombre de donjons plus conséquent. Certes, ils sont généralement effectués de manière très linéaire, mais chaque donjon possède ses caractéristiques et une personnalité propre, ce qui permet un jeu riche, plus varié, peu lassant.

En ce qui concerne les quêtes annexes, il y a, par contre, très peu de changements par rapport à ROTH : il y a toujours l'encyclopédie des monstres, mais mis à part ça, quelques secrets qui ne font pas avancer le jeu mais qui sont intéressants à découvrir si on est friands de petits détails.

Par ailleurs, les rangs sont toujours au programme, et s'obtiennent selon des caractéristiques analogues à ROTH. Sauf qu'OLB étant plus long et plus difficile que ROTH... c'est pas toujours gagné .
On peut, par contre, noter le fait que les deux jeux possèdent une correspondance : si on a obtenu un rang spécial dans ROTH, on peut obtenir un rang cumulé avec OLB.

Le jeu vise plus grand que son prédécesseur : on peut, par exemple, le remarquer avec la carte du monde.

Difficulté

Même sans tenter de rang spécial, on peut dire que le niveau de difficulté est plus élevé que dans ROTH.
Cela dit, la difficulté reste quand même accessible, d'autant plus que le début du jeu n'est pas très difficile.

Donc ici, elle dépend moins du fait qu'on tente un rang ou non (quoique... si on tente un rang spécial normalement c'est plus difficile, ça va de soi ^^).
On peut remarquer que les donjons, par exemple, sont un peu plus complexes, d'abord grâce à quelques petites énigmes (ce qui manquait plutôt dans ROTH) qui concernent plus la structure des donjons, et aussi grâce aux ennemis, mais surtout les boss.
Car, au niveau des ennemis, peu de choses ont changé quand même : en effet, beaucoup d'ennemis ne savent que foncer sur Link, encore une fois -_- et se différencient souvent par les méthodes à employer pour les battre (utilisation d'items spécifiques).
Par contre, au niveau des boss, on peut remarquer que, dès le premier boss, il y a eu du changement ! En effet, certains boss nécessitent des techniques spéciales pour les battre, et ont des attaques plus variées, ce qui les rend créatifs.
Malheureusement, il y a encore des boss qui ne savent toujours que foncer bêtement sur Link : étant donné qu'ils sont moins nombreux par rapport à ROTH où c'était le cas pour... la quasi-totalité des boss ^^, c'est moins flagrant et moins gênant dans la mesure où en général, même s'ils ne savent que foncer sur Link, les boss ont un détail assez spécifique qui les rend un peu plus coriaces. Bien que ce soit dommage que même vers la fin, on remarque des boss trop simplets...

Le premier boss du jeu... un peu plus créatif, isn't it ?

Conclusion

Dans la lignée de son prédécesseur, Return of the Hylian, avec beaucoup d'analogies et de points communs, Oni Link Begins a néanmoins corrigé quelques petits défauts et, de plus, a ajouté des éléments qui soulignent la richesse du jeu. Bref, une belle réussite sur un grand nombre de points ^^
Mais, si ce n'est que le deuxième opus de la trilogie, sera-t-on aussi satisfaits du troisième, en prévision, 3T ? (ben là pour le test il faudra attendre assez longtemps du coup ^^), en attendant, je vous encourage à aller sur le site du jeu pour avoir plus de détails.


Annexes

Page de téléchargement (versions Windows/Mac/Linux)

Partager cet article

Repost 0
Published by garsim - dans Divers
commenter cet article

commentaires